Directeur général de l’OMC: Roberto Azevêdo

Roberto Azevêdo est le sixième Directeur général de l’OMC. Sa nomination a pris effet le 1er septembre 2013, et ce, pour un mandat de quatre ans. À une réunion tenue par le Conseil général le 28 février 2017, les Membres de l'OMC sont convenus par consensus de nommer Roberto Azevêdo au poste de Directeur général pour un second mandat de quatre ans, qui débutera le 1er septembre 2017.

Suivez le Directeur général Azevêdo sur Twitter @WTODGAZEVEDO

Nouvelles

Message du Directeur général

Bienvenue sur notre site Web.

Depuis sa création en 1995, l’Organisation mondiale du commerce est devenue un élément essentiel de la gouvernance économique mondiale. Aujourd’hui, 98% des échanges commerciaux se font conformément aux règles de l’OMC, seule organisation internationale chargée de réglementer le commerce entre les pays. Les 164 Membres surveillent leurs pratiques et réglementations respectives par rapport à ces règles, pour améliorer la transparence et éviter le protectionnisme. Quand des conflits surgissent, nous disposons de l’un des systèmes de règlement des différends les plus efficaces du monde pour les résoudre: il a permis de traiter plus de 500 affaires en tout juste 20 ans.

L’OMC s’efforce aussi de réformer et de moderniser le commerce en négociant de nouvelles règles. Pendant longtemps, ces négociations ont produit peu de résultats, mais depuis quelques années les choses changent. Les Membres ont ainsi adopté en 2013 le “paquet de Bali”, qui porte sur l’agriculture, la sécurité alimentaire, le soutien en faveur des pays les moins avancés, et l’Accord sur la facilitation des échanges. En décembre 2015, à la Conférence ministérielle de Nairobi, nous avons obtenu un autre ensemble de résultats négociés très importants. Ces avancées auront des effets économiques concrets, qui pourront aider à améliorer l’existence des individus dans le monde entier.

L’Accord sur la facilitation des échanges — qui prévoit de rationaliser, normaliser et simplifier les formalités douanières — devrait accroître le commerce mondial d’environ 1 000 milliards de dollars par an, les principaux bénéficiaires étant les pays en développement et les pays les moins avancés. En parallèle, les décisions prises à Nairobi couvrent un éventail de mesures qui contribueront à améliorer la sécurité alimentaire, la fourniture d’aide alimentaire, et la capacité des PMA de tirer parti du commerce, ainsi que de nouvelles disciplines qui prévoient l’élimination des subventions à l’exportation de produits agricoles. Concrètement, la Conférence ministérielle de Nairobi a débouché sur la réforme du commerce des produits agricoles la plus importante de l’histoire de l’OMC, puisqu’il s’agit d’uniformiser les règles du jeu pour les agriculteurs et les exportateurs, en particulier dans les pays en développement et les pays les moins avancés.

Autre victoire remportée à la Conférence de Nairobi, il a été convenu d’élargir l’Accord sur les technologies de l’information. L’ATI est le plus important accord de réduction tarifaire conclu à l’OMC en 19 ans; il prévoit l’élimination des droits de douane sur des produits des technologies de l’information représentant quelque 10% du commerce mondial. Cet accès aux marchés en franchise de droits a été négocié par seulement une partie des Membres, mais tous pourront en bénéficier.

La Conférence de Nairobi, couronnée de succès, s’est cependant achevée sans que les Membres ne parviennent à se mettre d’accord sur l’avenir du programme de négociation. Les Ministres ont donc demandé à leurs représentants à Genève de trouver des moyens de faire avancer les négociations. C’est aujourd’hui une priorité majeure pour notre Organisation et l’engagement de tous les Membres sera nécessaire.

Grâce aux réussites sans précédent des dernières années, les négociations sont désormais à la hauteur des travaux très efficaces menés par l’OMC dans d’autres domaines, qu’il s’agisse du règlement des différends et des activités de surveillance, ou encore du renforcement des capacités commerciales des pays en développement et des pays les moins avancés. Notre but, pour les mois à venir, est de continuer sur cette lancée et de renforcer tous les aspects de nos travaux.

Roberto Azevêdo

Directeur général

 

 

 

Le Directeur général Azevêdo dans les médias

> Interview pour CNBC à Delhi, 12 février 2017

> Interview pour CNBC à Davos (partie 1 et partie 2), 18 janvier 2017

> Interview pour BBC HARDtalk, 2 novembre 2016

> Interview pour Sky News, 26 octobre 2016

> Interview pour Sky News, 07 juin 2016

> Interview pour CCTV News, 8 avril 2016

> Globnews (Portugais), 7 avril 2016

> France 24: Pourquoi le commerce mondial affiche-t-il un taux de croissance décevant? Question posée au DG de l'OMC Roberto Azevedo , 7 avril 2016

 

Vidéos 

 

 

Photo la plus récente

Autres photos du DG: 

> Galerie de photos